17 octobre 2008

Ce qui est important, c'est ce qui est petit...


L'abeille, grâce à son rôle pollinisateur, est à l'origine de la survie de plus de 80% des espèces végétales dans le monde. Or, elle est aujourd'hui gravement menacée.



La mauvaise utilisation de certains pesticides hyper-toxiques en agriculture décime chaque année des milliards d'entre elles. Mobilisons-nous, car leur disparition pourrait sonner le glas de l'espèce humaine.
Soutenons et signons la charte "Abeille, sentinelle de l'environnement".





« Si l'abeille venait à disparaître, l'homme n'aurait plus que quelques années à vivre. »
Albert Einstein


« La science contemporaine nous apprend l'interdépendance de toutes les espèces vivantes dans le grand écosystème planétaire. Chaque plante, chaque animal, joue un rôle précis dont l'effet est bénéfique à l'ensemble des vivants. La disparition d'une espèce peut avoir des conséquences dramatiques. Paradoxe de notre période, c'est au moment où nous découvrons ces propriétés de la vie terrestre que nous apprenons aussi l'immense saccage provoqué par notre industrie : l'érosion de la biodiversité. Le cas des abeilles en est un dramatique exemple. Lorsque l'abeille pénètre dans la fleur à la recherche de nectar, son corps se constelle de grains de pollen qu'elle dépose sur le pistil de la fleur suivante. C'est la pollinisation, un chaînon essentiel de la vie terrestre. La fleur abandonne ses pétales tandis que le fruit ou les graines se développent dans l'ovaire. Les pesticides de l'agriculture intensive ont décimé les abeilles. Sérieusement. Les résultats de cette perte s'étendent bien au-delà de la simple diminution des cueillettes de miel. Elle rejaillit sur l'avenir même des arbres fruitiers et, par là, sur les récoltes de fruits, éléments indispensables de notre alimentation. De proche en proche, les effets de l’hécatombe des abeilles se propagent sur toute la chaîne alimentaire et nous affectent directement. Quand nous malmenons une espèce, nous nous malmenons nous-mêmes. »
Hubert Reeves

Aucun commentaire: