04 mai 2010

Deux cas d’intoxication sont à déplorer sur le secteur Verteuil d’Agenais – Montbahus, Lot-et-Garonne…

Lundi 3 mai 2010


1er cas : Près du village de Villebramar, rucher appartenant à John Besnard.

Environnement cultural : zone de grandes cultures comportant du colza et des céréales; objet de traitement au cours de la dernière dizaine (fongicides, insecticides, mélange ?), traitements effectués souvent en plein jour et sur colza en floraison…

Phénomènes constatés : Je possède personnellement plusieurs ruchers sur la même zone, à la différence que mes ruches sont présentes depuis plus de six mois, emplacement d’hivernage.

Pas de dégâts apparents au niveau des populations, néanmoins, la récolte de miel de colza n’est pas en rapport avec la météo, très favorable durant la floraison.

Mon stagiaire, possédant ses propres ruches, implante un rucher de 40 ruches environ sur la même zone (moins de 400 m d’un de mes ruchers) au tout début de la floraison du colza. Rucher disparatre (ruches bonnes et moins bonnes). Les bonnes ruches reçoivent rapidement une hausse pour la récolte.

Le jeudi 28 avril, par météo très favorable 26°, nous visitons le dit rucher. Première impression à l’arrivée sur les lieux : activité nulle sans mortalité apparente. L’ouverture des ruches démontre une absence de récolte, une absence d’abeilles adultes dans les hausses. Au niveau du nid à couvain, une disproportion importante entre la surface de la ponte et les abeilles adultes présentes (très peu d’abeilles)

Ces ruches ressemblent à ce que nous avons connu lors des intoxications sur tournesol traite Gaucho au cours des années précédentes…

2ème cas : sur la zone située entre le village de Verteuil d’Agenais et la limite nord de Tombeboeuf ; de part et d’autre de la départementale 120. Au moins 7 ruchers sont touchés…

Présence de larves mortes évacuées par les adultes devant l’entrée de la ruche.

Rucher appartenant à M. Goirand « au Tiers », commune de Verteuil : certaines ruches présentent un nombre considérable de larves mortes. Phénomènes constaté et signalé à Mme Gastal, Présidente de l’Abeille Gasconne au cours de la journée du 30 avril

Ruchers appartenant à Mme COUDOIN M.France, commune de Verteuil, Coulx, Tombeboeuf. 6 ruchers.

Intoxication plus récente : pas de larves mortes le 30 avril au matin, constat effectué par mes soins le 1er mai en début de journée. Moins de larves mortes que sur le rucher Goirant ; comme chez lui, ce sont les colonies les plus fortes les plus affectées…

Prélèvements effectués par mes soins en présence de Messieurs Goirant et Besnard ; larves conditionnées en enveloppes et stockées au congélateur.

Environnement cultural : zone de grandes cultures dont les colza en pleine fleur et les céréales ont reçu récemment divers traitements en plein jour et par température élevée (fongicides, insecticides, mélange ?)…

Brigade Nationale Enquête Vétérinaire : Inspecteur Gérard VENEREAU 06.73.67.09.41

mercredi 5 mai
Pierre Lienard et moi-même avons rencontré hier matin le Directeur des Services Vétérinaires. Celui-ci a mandaté Monsieur Berthoumieux pour venir constater sur le terrain immédiatement (mortalité de larves et nymphes). L'affaire suit son cours ; d'autres apiculteurs ont également signalé le phénomène, notamment :
Messieurs Fage, Baudis, Siron ; également le vétérinaire de Ste Livrade.

Concernant les pertes de butineuses sur colza qui, pour la plupart d'entre nous passent inaperçues ; sachez que des pesées systhématiques réalisées sur des ruches en Vendée (source Frank Aletru et Inspecteur Vénereau) démontrent une perte de butineuses de 1.6 kg par ruches en une semaine.

Tout apiculteur qui constate des mortalités (abeilles adultes, larves, nymphes) ou des dépopulations, a le devoir d'en informer les Services Vétérinaires. Il en va de la survie de l'apiculture.

Merci.
Maurice.

Aucun commentaire: