27 novembre 2010

BIODIVERSITE - Le Parlement européen souhaite renforcer l'aide au secteur apicole...



La PAC 2013 pourrait aider à freiner le déclin des colonies d'abeilles: le Parlement européen souhaite que l'Union européenne renforce son aide au secteur apicole à l'occasion de la révision de la Politique agricole commune (PAC) après 2013 alors que la population d'abeilles diminue de façon inquiétante en Europe. Les députés européens ont adopté jeudi une résolution invitant la Commission à accroître son aide au secteur par une révision de la législation et une augmentation de l'aide financière et des investissements dans la recherche.

Des règles d'étiquetage améliorées

"La mortalité des abeilles est en progression alors que le nombre d'apiculteurs en Europe diminue; ces deux phénomènes pourraient avoir une incidence grave sur la production alimentaire puisque la plupart des plantes, cultivées ou non, sont pollinisées par les abeilles", souligne la résolution du Parlement européen. Des règles d'étiquetage et des contrôles améliorés, un renforcement de la recherche sur la mortalité des abeilles, l'inclusion des maladies des abeilles dans la politique vétérinaire de l'Union européenne figurent parmi les recommandations du texte qui a été adopté à mains levées.

Les députés ont demandé une augmentation des fonds destinés aux apiculteurs et aux projets de recherche sur le varroa (un parasite accusé de 10% des cas de mortalité). L'étiquetage du miel vendu en Europe devrait être plus clair et renseigner sur l'origine et le contenu des pots, ont également souhaité les députés. Alors que les importations représentent plus de 40% du miel vendu en Europe, le Parlement a réclamé une amélioration des règles relatives à l'étiquetage d'origine afin d'éviter toute information trompeuse sur les mélanges de miel provenant de l'Union européenne et de pays tiers.

Favoriser la recherche indépendante sur la mortalité des abeilles

Les députés européens ont aussi demandé à la Commission de soutenir la recherche indépendante sur la mortalité des abeilles et de veiller à la publication de toutes les informations sur les effets des cultures OGM et des pesticides sur certaines espèces d'abeilles. Le Parlement a également suggéré une révision de la réglementation sur les pesticides et les produits phytopharmaceutiques pour permettre une évaluation des risques liés à l'exposition des abeilles à ces substances.

Apiculteurs et associations de défense de l'environnement estiment que les pesticides sont en grande partie responsables de la surmortalité des abeilles. Les professionnels se battent depuis des années pour le retrait des néocotinoïdes (Gaucho, Cruiser, Proteus...) du marché, utilisés en enrobage des semences ou en pulvérisation.

© 2010 AFP

Aucun commentaire: